Capteurs de surveillance de la qualité de l’air offerts gratuitement dans votre communauté

La surveillance de la qualité de l’air aide les communautés à prendre des décisions éclairées en matière de santé publique. À l’heure actuelle, la surveillance en temps réel de la qualité de l’air est offerte à 80 % des Canadiens, dont la plupart vivent en milieu urbain. Or donc, 20% de la population se retrouve avec une surveillance de la qualité de l’air qui ne révèle pas avec exactitude les conditions dans leur communauté. Le Service météorologique du Canada (SMC) veut y remédier.

Le SMC veut installer des capteurs dans les communautés rurales, éloignées et autochtones afin de combler les lacunes identifiées dans la communication des données sur la qualité de l’air partout au Canada. Le SMC a entrepris une étude de 5 ans sur l’utilisation de moniteurs de particules atmosphériques à faible coût pour augmenter le pourcentage de communautés ayant accès à des données précises sur la qualité de l’air. La plupart des capteurs de qualité de l’air coûtent plus de 100 000 $ à installer en plus des coûts d’entretien réguliers. Ces capteurs mesurent l’ozone (O3), le dioxyde d’azote (NO2) et les particules dans l’air (PM2,5). MSC utilise les capteurs PurpleAir à faible coût pour cette étude. Il en coûte moins de 500 $ pour installer et capturer les mesures de particules dans l’air. Des études ont démontré que c’est la présence de niveaux accrus de particules polluantes dans l’air qui a le plus grand impact sur la santé.

Les données recueillies par les capteurs PurpleAir sont affichées sur une carte en ligne. Vous pouvez consulter les données récentes à https://cyclone.unbc.ca/aqmap. La carte est mise à jour chaque heure, de sorte que l’indice de la qualité de l’air affiché est une mesure en temps réel des particules présentes dans une communauté. Les communautés peuvent ainsi suivre la qualité de l’air en fonction de l’évolution des feux de forêt et de faire des recommandations aux membres vulnérables de la communauté et à la population en générale en se basant sur des marqueurs scientifiquement fondés de la qualité de l’air et des risques associés pour la santé.

C’est facile d’installer un capteur dans votre communauté. Il vous faut seulement une source d’alimentation et une connexion Wi-Fi. La plupart des communautés n’auront besoin que d’un ou deux capteurs, selon les variations d’altitude. L’équipe du SMC vous conseille sur l’installation et l’interprétation des données, et vous guide dans l’utilisation des données dans les programmes d’éducation communautaire et la prise de décision.

Les communautés qui veulent installer un capteur dans leur communauté peuvent faire une demande auprès du SMC en soumettant leur adresse et l’emplacement suggéré du capteur à celine.audette@ec.gc.ca puis un membre de l’équipe régionale du SMC vous contactera avec plus d’informations.

Le SMC cherche principalement à installer des capteurs dans les communautés rurales, éloignées et autochtones afin de combler les lacunes identifiées dans la communication des données sur la qualité de l’air partout au Canada. La priorité sera accordée aux communautés comptant un nombre élevé de personnes souffrant de problèmes respiratoires, qui ont subi les effets de la fumée émanant de feux de forêt, qui ont accès à une connexion Wi-Fi existante et qui se trouvent dans des zones présentant des lacunes confirmées dans la surveillance de la qualité de l’air.

Profitez de l’occasion d’inclure votre communauté dans cette étude et ainsi aider à combler l’écart dans la surveillance des particules dans l’air dans les communautés autochtones du Canada.