Modèles de gouvernance

Feb 19, 2020 | Actualités, Mobilisation

Penser autrement : Idées pour une gouvernance culturellement appropriée pour le projet du BCAI

Au cours des mois d’octobre et de novembre 2019, l’Association des pompiers autochtones du Canada (APAC) a organisé des séances mobilisation communautaire dans tout le pays. Des représentants des collectivités autochtones se sont réunis pour discuter de la création du Bureau du commissaire autochtone aux incendies (BCAI). Les impressions générales des séances sont résumées dans le premier blog de cette série.

L’un des trois sujets abordés lors des séances de mobilisation communautaire était le modèle de gouvernance approprié pour le projet du BCAI. Déterminer la structure de gouvernance appropriée pour le projet du BCAI offre l’occasion d’entendre les perspectives directement des collectivités et de sortir des sentiers battus. Le conseil d’administration du BCAI sera unique, avec sa propre culture et les attentes des membres du conseil. On a reconnue la nécessité d’être culturellement astucieux, tout comme la nécessité de tenir compte de tous les groupes, fondés sur des distinctions. Dans le développement du modèle de gouvernance du BCAI, le Nord est également reconnu comme un endroit unique, avec des personnes et des besoins uniques.

Quatre modèles ont été présentés aux participants

1. Le modèle de conseil consultatif

Un conseil consultatif est la plate-forme vers laquelle le directeur exécutif peut se tourner pour obtenir de l’aide et des conseils. Les membres d’un conseil consultatif sont généralement ceux qui sont connus de l’équipe de direction de l’organisation à but non lucratif et qui ont leur confiance. Ils apportent des compétences professionnelles et des talents uniques qui sont utiles à l’association et qu’ils mettent gratuitement à sa disposition.

2. Le modèle de gouvernance coopérative

Dans un tel modèle, le conseil d’administration du BCAI devrait prendre des décisions en tant que groupe de membres égaux. Il s’agit d’un modèle de gouvernance à but non lucratif hautement consensuel, car aucun membre n’a une position plus élevée ou plus de pouvoir au sein du conseil d’administration qu’un autre membre.

3. Modèle de conseil axé sur les politiques

Avec ce modèle, le conseil d’administration délègue une grande partie de sa confiance dans le fonctionnement du groupe à un directeur exécutif. Des réunions régulières seraient organisées entre le conseil d’administration et le directeur exécutif afin que le conseil puisse recevoir des mises à jour sur les activités du BCAI. Ce modèle a une structure plus formelle, mais son efficacité en fait un modèle de gouvernance populaire auprès des organisations à but non lucratif. Le conseil d’administration fonctionne d’une seule voix et travaille rarement avec des comités.

4. Modèle de conseil d’administration de l’équipe de gestion

Dans ce modèle commun, les comités contribuent à la réalisation des activités de l’organisation, et le conseil d’administration et le personnel travaillent en partenariat. Les comités auraient un statut « permanent » au sein de l’organisation en tant que structures permanentes et seraient intégrés dans le règlement opérationnel du BCAI. Le conseil d’administration se constitue en comités pour faire ces choses lui-même ou pour soutenir le personnel du BCAI dans ces domaines.

Qu’est-ce que les participants ont dit?

Chaque séance a donné lieu à une discussion animée sur les avantages et les défis de chaque modèle, bien qu’aucun modèle ne se soit imposé comme préféré. Certains participants ont préféré des modèles de gouvernance qui leur étaient familiers, tandis que d’autres ont exploré la possibilité que la structure de gouvernance du BCAI ne soit pas décidée par des normes sociétales – c’est l’occasion de créer un modèle culturellement approprié.

Cette idée d’élaborer un modèle culturellement approprié a été renforcée lors de longues discussions sur les défis auxquels une organisation nationale sera confrontée pour honorer la diversité de ses clients et parvenir à une représentation régionale complète. Les participants ont partagé les suggestions suivantes sur la manière d’atteindre cet objectif :

  • Avoir deux représentants de chaque province;
  • Créer des sous-comités pour faire entendre davantage de voix à la table des négociations;
  • Adopter une approche géographique de la représentation afin de garantir que les collectivités métropolitaines, urbaines, rurales et éloignées puissent toutes se faire entendre.

En écho à l’appel à répondre aux besoins des membres les plus vulnérables d’une collectivité, il a également été question de la nécessité d’une représentation des femmes, des jeunes et des aînés. L’importance de la participation de la base a également été soulignée.

Malgré l’absence de consensus sur le modèle approprié, les valeurs et caractéristiques suivantes ont été systématiquement mentionnées comme étant essentielles pour le modèle de gouvernance :

  • Responsabilité
  • Transparence
  • Durabilité
  • Réactivité

Restez à l’écoute pour le prochain blog de cette série, qui mettra en lumière les résultats des discussions sur les programmes et services du projet du BCAI.